La Commission européenne dévoile des détails sur les futurs mégaprojets de recherche

11/10/2017
Les prochains projets phares à un milliard d’euros, appelés phares, viseront les TIC, l’énergie et la santé, selon le programme de travail provisoire de 2018-2020 publié par la Commission.

La Commission européenne a publié des détails concernant les possibilités de financement pour les trois prochaines années dans le cadre de son projet FET (technologies futures et émergeantes).

La Commission affirme qu’elle souhaite recevoir des propositions révolutionnaires des nouveaux candidats de mégaprojets qui recevront chacun un milliard d’euros.

Un document de synthèse est apparu sur le site Web de la Commission, qui ne publie généralement pas de documents provisoires. Les programmes de travail définitifs pour la période 2018-2020 du projet Horizon 2020 devraient être publiés le mois prochain.

Les propositions doivent viser un « objectif unificateur et visionnaire » dans l’un des trois principaux domaines des TIC ; la santé et les sciences de la vie; l’énergie, l’environnement et le changement climatique.

Le document ne s’engage pas sur le nombre de nouveaux projets phares qui seront financés, mais indique que jusqu’à un million d’euros de capital initial sont disponibles pour des idées prometteuses sur des sujets allant de la robotique et de l’intelligence artificielle, jusqu’aux nouveaux dispositifs de production, de conversion et de stockage d’énergie, ainsi que les projets qui offrent un nouvel aperçu du fonctionnement des cellules humaines.

Le document fournit également de nouvelles informations sur le projet phare dans le domaine des technologies quantiques qui sera lancé en 2018. La Commission soutiendra les projets visant à traduire l’investissement dans la recherche quantique en importantes avancées informatiques, dans les systèmes de détection, de communication, de mesure et de simulation.

Il y aura également plus de financement pour les Flagships en cours qui ont une durée de plus de dix ans. Le projet « Cerveau humain », dirigé par l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), recevra 150 millions d’euros supplémentaires, tout comme le projet « Graphène » piloté par l’Ecole polytechnique Chalmers en Suède.

D’autres compétitions couvrent des sujets tels que les technologies interactives, les organes artificiels et les technologies micro-énergie. Les projets ayant une vision révolutionnaire dans ces domaines seront récompensés jusqu’à trois millions d’euros chacun.

Il y aura également de l’argent pour les projets qui développent de nouveaux algorithmes, des logiciels, des analyses big data et du matériel, organisés avec des partenaires mexicains et brésiliens qui devraient fournir leur propre financement.

Le document comporte des indications que la Commission pourrait proposer une solution face à la forte concurrence sur les instruments FET qui, à partir de l’année prochaine, seront gérés par le nouvel EIC (Conseil Européen de l’Innovation). Le document indique que « la soumission massive et le sous-financement […] seront résolus par une augmentation du budget, une évaluation plus transparente et renforcée et des conseils sur la re-soumission. »

La Commission n’a pas encore confirmé la publication d’informations concernant d’autres programmes Horizon 2020.

Source: ScienceBusiness