Aller aux nouvelles

Le Green Deal européen : 100.000M d’€ pour atteindre la neutralité carbone en Europe

La Commission Européenne a approuvé le Green Deal européen qui se composera d’aides pour réduire de 50% les émissions de CO2 pour 2030, et complètement pour 2050.

Hier, la Commission Européenne a approuvé le Green Deal européen, une feuille de route pour réduire à 0 les émissions de CO2 pour 2050. Avec cette stratégie, la Commission souhaite assoir les bases pour une Europe plus propre, profitable, écologique et durable, et faire en sorte qu’il aide à transformer radicalement le modèle économique du monde. Les 28 gouvernements de l’Union ratifieront aussi bien l’objectif de 2050 que les plans de financement pour mobiliser jusqu’à 100.000 millions d’€ pour des fonds publics et privés.

La présidente Ursula Von Der Leyen a déclaré : « Le Green Deal européen est notre nouvelle stratégie de croissance, une croissance qui apporte plus que ce qui est consommé. Il montre comment transformer notre mode de vie et de travail, de produire et de consommer, pour que nous puissions vivre sainement et que nos entreprises soient innovantes. Nous pouvons tous participer à cette transition et nous pouvons tous profiter des opportunités qui s’offrent à nous. Si nous sommes les premiers à marquer le pas et que nous le faisons précipitamment, nous contribuerons à faire de notre économie une économie mondialement leader. Nous allons faire tout notre possible pour y arriver, pour le bien de la planète et de la vie qu’elle supporte, pour le patrimoine naturel de l’Europe, pour la biodiversité, pour nos forêts et nos mers. Si nous montrons au reste du monde comment être durable et compétitif, nous pouvons convaincre d’autres pays pour s’unir à nous. »

Le Green Deal européen ajoute une feuille de route avec une série d’actions pour impulser l’usage efficace par l’intermédiaire du passage vers une économie propre, circulaire et qui met fin au changement climatique, inverser la perte de biodiversité et réduire la pollution. Il décrit les investissements nécessaires et les instruments financiers disponibles, il explique comment garantir une transition juste et intégrante. Cette stratégie comporte tous les secteurs de l’économie, surtout ceux du transport, de l’énergie, de l’agriculture, des logements et des industries comme ceux de la sidérurgie, du ciment, des TIC, du textile et des produits chimiques.

Le Green Deal européen et d’autres stratégies

Pour transformer l’ambition d’être le 1er continent climatiquement neutre d’ici 2050, la Commission présentera dans un délai de 100 jours la première loi du Climat Europe. La Commission présentera également la Stratégie sur la Biodiversité pour 2030, la nouvelle Stratégie Industrielle, le Plan d’Action de l’Economie Circulaire, la Stratégie ‘de la ferme à la table’ d’alimentation durable et de propositions pour une Europe sans pollution. Ils commenceront les travaux immédiatement par durcir les objectifs d’émissions de l’Europe pour 2030 et se fixeront un cheminement réaliste jusqu’à l’objectif de 2050.

La conséquence des objectifs du Green Deal européen exigera un financement significatif. Pour atteindre les objectifs en matière de climat et d’énergie pour 2030 requiert 260.000 millions d’€ de financement annuel additionnel, ce qui représente approximativement 1.5% du PIB de 2018. Selon eux, il faudra mobiliser les secteurs privé et public. La Commission présentera en début d’année 2020 le Plan de Financement pour une Europe Durable avec comme but de répondre aux besoins d’investissement. Au moins 25% du budget de l’UE sur le long terme devra se dédier à l’action pour le climat, la Banque Européenne d’Investissement, qui est la banque européenne pour le climat, offrira son soutien. Pour faire en sorte que le secteur contribue au financement de la transition écologique, la Commission présentera la stratégie de Financement Ecologique en 2020.

Le plan inclut également la création d’un mécanisme de Transition Juste pour aider les pays à réussir la reconversion. Cet instrument compterait un fond spécifique de 5.000 millions d’euros, plus de 5.000 millions provenant des fonds structurels et 1.500 millions d’euros de garanties.

La mobilisation potentielle s’élèverait, selon la Commission, à 35.000 millions d’euros mais Bruxelles aspire à atteindre 100.000 millions d’euros grâce à la contribution de ressources des Etats et à la contribution de la Banque Européenne de Financement.

En mars 2020, la Commission mettra en marche le Pacte pour le Climat pour donner une voix et dédier aux citoyens dans le cadre de nouvelles actions, la diffusion d’informations, le début d’initiatives de base et la présentation de solutions que d’autres pourront utiliser.

Protéger la biodiversité et les ressources

Un autre grand aspect de la nouvelle stratégie inclura la protection de la biodiversité, la sécurité alimentaire ainsi que la lutte contre la déforestation car ‘nous devons changer notre mode de production, consommation et de commercialisation’. C’est dans cet environnement que, von der Leyen s’engage à présenter une nouvelle stratégie concernant la biodiversité, une autre pour développer un mode d’alimentation durable avec de nouveaux objectifs de réduction de l’usage des pesticides (50% pour 2030) et des moyens pour stimuler les régions rurales, une troisième pour lutter contre la dégradation de l’environnement et la pollution. Une nouvelle stratégie industrielle pour le mois de mars, un nouveau plan d’action pour encourager l’usage durable des ressources à travers l’économie circulaire et des moyens plus concrets comme la révision des produits de la construction, l’adoption de critères durables pour les batteries qui se commercialisent dans l’UE et la rénovation de bâtiments comme de nouveaux plans d’action contre la pollution de l’air, la pollution industrielle de grandes installations ou la gestion des résidus.

Contexte et organismes

Le changement climatique et la dégradation de l’environnement représentent une menace existentielle pour l’Europe et le monde. Pour dépasser ce défi, l’Europe a besoin d’une nouvelle stratégie de croissance qui transforme l’UE en une économie moderne, efficace dans l’usage des ressources et en matière de compétitivité, où il n’y a pas d’émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050, où la croissance économique ne dépend pas de l’utilisation des ressources et où aucun citoyen ou région n’est négligé.

L’Union Européenne compte déjà un record historique de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre maintenant la croissance économique. Entre 1990 et 2018, les émissions ont baissé de 23%, alors que le PIB de l’UE a augmenté de 61% durant la même période. Cependant, il reste encore beaucoup de choses à réaliser.

 

La communication sur le Green Deal fixe la ligne d’action pour les prochains mois et années. Le travail que déploie la Commission sera guidé par les exigences publiques d’actions par des données scientifiques de nature indiscutable, exhaustivement contrasté par le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), la plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), les Perspectives des ressources mondiales et les rapports de situation et de perspectives 2019 de l’Agence européenne pour l’environnement.

Information rédigée avec le communiqué de presse de la Commission Européenne, des journaux espagnols El Pais et El Periodico.

Photographie de Arno Mikkor.