Aller aux nouvelles

PME européennes

Les décideurs politiques et les projets travaillent ensemble pour la numérisation des PME européennes

PME européennes

La session "Comment les décideurs politiques peuvent-ils soutenir la numérisation pour les PME européennes", organisée par la députée européenne Adriana Maldonado, a présenté des recommandations clés pour encourager la numérisation et la blockchain.

Le projet BLOCKCHERS, coordonné par ZABALA, et le Parlement européen ont célébré hier, jeudi 28 janvier, un petit-déjeuner de travail sur « Comment les décideurs politiques peuvent soutenir la numérisation des PME européennes ».

L’événement a été accueilli par la députée européenne Adriana Maldonado López, qui a commencé la session en soulignant l’importance de la numérisation, une transformation qui a été accélérée par la crise COVID-19, ce a qui conduit à promouvoir la blockchain dans différents secteurs comme la santé. En tant que membre de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie (ITRE) et de la commission spéciale sur l’intelligence artificielle à l’ère numérique (AIDA), elle a également souligné l’importance des PME sur le marché européen, qui représentent environ 50 % du PIB, et a fait remarquer qu’il était important que les décideurs politiques les écoutent pour identifier les principaux défis qu’elles doivent relever, afin de définir comment les soutenir.

Contenu de la session « Comment les décideurs politiques peuvent soutenir la numérisation des PME européennes ».

La session comprenait M. Daniel Gassmann, de l’Agence exécutive pour les petites et moyennes entreprises (EASME), qui a discuté des projets de blockchain en cours suivis par l’EASME, et M. Rapolas Lakavičius, de la Direction générale des réseaux de communication, du contenu et de la technologie de la Commission européenne (DG Connect). Ce dernier a présenté les 5 piliers de la stratégie de la blockchain de la Commission européenne pour établir un leadership mondial dans la blockchain et les technologies de registre distribués (DLT), qui comprend :

  • L’infrastructure européenne des services de blockchain (EBSI), qui fait partie du partenariat de l’UE pour la blockchain signée par tous les États membres de l’UE, la plupart des pays de l’Espace économique européen (EEE) et la CE.
  • La collaboration avec l’Association internationale pour les applications de confiance en matière de blockchain (INATBA).
  • La mise en relation des compétences mondiales et européennes.
  • L’investissement dans les activités de recherche, de l’innovation et dans les start-ups. Dans le cadre de l’initiative Horizon 2020, plus de 200 projets sont liés à la blockchain, dont plus de 70 participent à des tables rondes coprésidées par la CE et l’INATBA sur le thème « ICT Verticals and Horizontals for Blockchain Standardisation ».
  • La liaison avec les organisations internationales et européennes de normalisation telles que l’ISO, le CENELEC, l’ETSI, l’IEEE, l’ITU-T, l’OASIS pour représenter les valeurs européennes et encourager la cohésion dans les activités de normalisation de blockchain, développer les compétences et promouvoir un cadre juridique interopérable pour le marché unique numérique.

Des recommandations à l’intention des décideurs politiques ont également été formulées par le Frankfurt School Blockchain Center. Mme Denise Duve et M. Stefan Schmitt ont expliqué que la clé pour parvenir à une innovation conforme à l’intérêt de l’UE est d’éliminer les ruptures de systèmes, l’interopérabilité et la certitude réglementaire, ce qui conduirait à des business modèles économiquement viables grâce aux effets de réseau et à la sécurité des investissements.

Ils ont donc formulé cinq recommandations :

  1. Définir un ensemble de règles de gouvernance par secteur pour établir une norme minimale d’applicabilité juridique pour garantir l’État de droit, protéger les parties prenantes et renforcer la confiance
  2. Mettre en place un cadre d’identité basé sur une blockchain afin de cadrer les bases d’une interaction de confiance
  3. Permettre des transactions juridiquement contraignantes grâce à des signatures numériques compatibles avec la blockchain
  4. Promouvoir la mise en œuvre d’un euro numérique programmable basé sur le DLT. L’euro numérique programmable émis par les banques ou les banques centrales serait bénéfique en termes de risque de défaillance et conduirait à long terme à une plus grande acceptation et à moins de frictions pour de nombreux cas d’utilisation
  5. Promouvoir des normes globales pour éviter la fragmentation. Actuellement, ils estiment que nous avons un paysage fragmenté, alimenté par divers consortiums qui élaborent des normes industrielles. La technologie de la blockchain ne peut être à la hauteur de son potentiel que par la normalisation et la certification dans tous les secteurs et domaines.

En outre, ils ont ajouté d’importants aspects juridiques à prendre en compte :

  • RGPD : Il est nécessaire de clarifier et d’élaborer des lignes directrices pour se conformer à la RGPD dans trois domaines cruciaux : le droit d’être oublié, la détermination du contrôleur et le seuil d’anonymat.
  • Compétence transfrontalière : Un cadre réglementaire clair est nécessaire pour traiter la question de la juridiction transfrontalière.
  • Taxonomie du « token » : L’absence d’une classification et d’une taxonomie communément acceptées pour la technologie de la blockchain et les « token » cryptographiques entraîne une insécurité juridique pour toutes les parties prenantes et ralentit donc les progrès de l’adoption. Les entreprises en phase de démarrage doivent être certaines que si une technologie fonctionne dans un pays, elle fonctionnera dans tous les pays.

ALASTRIA a également donné les clés sur les principaux défis que les PME doivent relever pour leur numérisation. Mme Almudena de la Mata a noté qu’il est nécessaire de créer un aspect d’urgence dans les PME traditionnelles pour qu’elles s’engagent dans la numérisation : « Personne n’enverrait une lettre si vous pouvez envoyer un courriel. La numérisation n’est pas une option ». Soutenue également par le député européen Maldonado, elle a souligné l’importance de travailler avec les zones rurales et locales pour se connecter avec l’Union européenne : « Certaines PME n’arrivent pas au niveau de l’UE et nous devons connecter Bruxelles avec les PME locales ». La représentante d’ALASTRIA a recommandé de travailler sur le renforcement des capacités et de stimuler des programmes comme H2020 pour leur fournir des ressources.

Pour compléter cette session, le projet BLOCKCHERS a rejoint BLOCKSTART et BLOCKPOOL comme exemples de projets réels et de cas d’utilisation visant à diffuser les DLT dans les PME. Le projet BLOCKCHERS collabore avec les accords transversaux de numérisation et de Green Deal pour améliorer la communauté européenne. Ces projets jouent un rôle important dans la promotion de l’adoption des Blockchain et des DLT par les PME en Europe ; ils proposent des appels ouverts pour que les PME reçoivent non seulement un financement, mais aussi un encadrement, une mise en réseau ou un soutien technique.

Comme exemples réels de l’application et du succès du soutien de ces projets, certains des gagnants du 2ème appel ouvert de BLOCKCHERS étaient également présents à la session : Vottun, Vestigia et Datarella.

La session visait à promouvoir la collaboration avec les institutions par le biais de projets européens afin de leur montrer les résultats et de leur donner des indices basés sur l’expérience pour pouvoir s’améliorer. Lors de l’événement, les décideurs politiques ont souligné la pertinence d’être en contact avec les projets et initiatives développés en Europe, non seulement parce qu’ils veulent supprimer les obstacles du système, mais aussi parce qu’ils sont les protagonistes du budget sur lequel travaillent les décideurs politiques.

Vous pouvez consulter les présentations de l’événement:

Vision de l’avenir des DLT en Europe. Initiatives au niveau de l’UE.

• Mr. Daniel GASSMAN – Executive Agency for Small and Medium-sized Enterprises, EASME.

• Mr. Rapolas LAKAVICIUS – Directorate-General for Communications Networks, Content and Technology. European Commission.

Recommandations politiques basées sur l’expérience du projet.

• Ms. Denise DUVE and Mr. Stefan SCHMITT – Frankfurt School Blockchain Center.

Exemples de projets réels et de cas d’utilisation visant la diffusion des DLT dans les PME. Programmes d’accélération.

• Mr. Néstor ETXALEKU – Blockchers: Presentation

• Mr. Robert RICHTER – Blockpool: Presentation

• Mr. Joao FERNANDES –Blockstart: Presentation

 

Présentation de « 3 uses cases » d’une application DLT innovante.

• Mr. Luis CARBAJO / Ms. Marta VALLES – Representatives of VOTTUN: Presentation

• Mr. José Manuel AVELINO – Representative of VESTIGIA: Presentation

• Mr. Philipp ROTHE / Ms. Rebecca JOHNSON – Representatives of Datarella: Presentation