Aller aux nouvelles

JAVIER LAHUERTA

« Les territoires qui n’innovent pas seront isolés »

territoires

L’innovation et le modèle de développement des entreprises s’emparent des régions et des villes. Pour les soutenir dans ce processus de mise en œuvre, de coopération et d’amélioration, Zabala Innovation a créé le domaine d’expertise Régions. Il est composé d’une équipe pluridisciplinaire qui traite d’aspects aussi divers que l’énergie, la mobilité, la durabilité et la gestion budgétaire. Son responsable, Javier Lahuerta, analyse les principaux programmes de financement et les défis auxquels sont confrontées les régions européennes.

Quels sont les concepts qui guident le travail du domaine Régions ?

Parmi les concepts les plus pertinents dans ce domaine figurent les écosystèmes, les synergies et la quintuple hélice de l’innovation [un modèle théorique basé sur cinq sous-systèmes qui échangent des connaissances afin de générer et de promouvoir un développement durable pour la société, ndr]. Il n’est pas possible de réussir des projets s’il n’y a pas de coopération public-privé. La collaboration entre tous les acteurs du territoire, les administrations publiques, les entreprises, les centres de connaissances, la société civile et les médias est essentielle pour que le développement de l’innovation se traduise en réalité quotidienne.

Quel rôle jouent les projets européens dans la dynamisation des territoires ?

Il n’est pas surprenant que les villes et les régions les plus innovantes soient parmi celles qui ont le plus travaillé avec des projets européens. D’un côté, Amsterdam et Rotterdam aux Pays-Bas, Hambourg et Munich en Allemagne, ou encore Madrid, Santander ou Valence en Espagne figurent parmi les villes les plus intelligentes de chacun de leurs pays. De l’autre côté, des régions comme la Lombardie et la Toscane en Italie ou le Pays basque et la Navarre en Espagne sont des références en matière de qualité de vie. Elles ont toutes un point commun, leur participation à des projets européens. Outre l’implication de leurs principales directions générales, délégations générales ou pôles, telles que la mobilité ou les transports, elles engagent également d’autres organismes et institutions, tels que la police ou les services de santé.

Quels sont les programmes européens que toute stratégie territoriale devrait prendre en compte ?

Il existe de nombreux programmes européens que les administrations régionales et locales devraient regarder toujours de près, soit par leurs propres soins, soit par le biais de conseils externes. Les principaux programmes sont Horizon Europe, qui présente plusieurs opportunités de développer des pilotes pour rendre nos régions durables et intelligentes, et LIFE, dans le domaine de l’environnement, l’économie circulaire et la transition énergétique.

Il existe également d’autres programmes spécifiques pour développer la stratégie territoriale, comme Interreg Europe ou les sous-programmes transfrontaliers ou régionaux visant la collaboration et l’échange de connaissances entre les administrations publiques afin de progresser vers une Europe plus unie et coordonnée. Ou encore les European Innovative Ecosytems, dont l’objectif est l’amélioration des écosystèmes d’innovation européens.

Il est très important que les régions soient conscientes également de l’existence des programmes I3, qui financent des projets privés innovants liés aux stratégies de spécialisation intelligente RIS3, et favorisent un écosystème entrepreneurial dynamique, innovant et fort. Il convient de mentionner aussi le programme European Urban Initiative, qui soutient les zones urbaines par des financements et des conseils pour développer des projets qui en feront des villes et des régions durables, intelligentes et équitables.

Quels autres programmes sont importants pour stimuler ces projets ?

Il existe des initiatives pour les villes et les régions qui débutent dans les projets européens mais qui ont d’ores et déjà une stratégie claire, telles que European Green Capital, European Design Capital, European Innovation Capital, European Youth Capital o European Smart Tourism Capital. Toute ville ou région qui se respecte devrait s’efforcer d’être éligible à ces prix, voire de les remporter. Le fait de gagner est une reconnaissance importante au niveau européen et signifiera pour la ville une année de nombreuses activités sur ce thème, tout en ouvrant la porte à de nombreux autres projets et initiatives européens. Mais le simple fait de soumettre une candidature est une incitation à commencer à mobiliser l’ensemble de l’écosystème de l’innovation et les parties prenantes.

En France, nous avons eu plusieurs exemples de villes primées et finalistes, comme Nantes, capitale européenne de l’innovation en 2019 et capitale verte européenne en 2013, ainsi que Grenoble, qui est la capitale européenne de l’innovation cette année, et Paris, récompensée comme capitale européenne de l’innovation en 2017. En outre, de nombreuses autres villes telles que Toulouse, Dijon ou Lille ont été finalistes dans les différentes catégories. Celles-ci rejoignent d’autres villes comme Nice en tant que leaders français dans les projets européens et constituent les écosystèmes les plus innovants du pays, selon les tableaux de bord européens et régionaux de l’innovation 2021.

Quels sont les éléments clés lors de la construction d’un territoire ?

Il est important d’avoir une stratégie basée sur l’innovation dans le présent. Nous devons visualiser où nous sommes et où nous voulons aller. Ensuite, nous divisons le chemin en étapes et en projets dans lesquels on peut introduire des paquets de changements et d’innovations qui contribuent à dynamiser le territoire.

Les programmes européens que j’ai mentionnés favorisent le développement de stratégies et de synergies dynamisant les villes et les régions. En outre, la Commission européenne a mis au point un outil permettant d’identifier les régions les plus dynamiques et les plus innovantes d’Europe. Les programmes I3 ou les appels à marchés publics innovants d’Horizon Europe ou de LIFE peuvent introduire des projets et des pilotes qui stimulent le développement de nos territoires.

Quels sont les principaux obstacles à la création de régions offrant une meilleure qualité de vie ?

L’absence de stratégie à long terme peut conduire les villes et les régions à vivre et à travailler pour répondre aux besoins du présent sans se soucier des besoins d’avenir. Les programmes européens peuvent donc aider à élaborer des politiques et de la législation se concentrant sur des questions importantes telles que la mobilité, la gestion des déchets, la promotion d’une numérisation responsable dans les écoles ou une meilleure intégration sociale.

Dans quel type de projets liés au domaine Régions Zabala Innovation travaille-t-elle le plus ?

Dans les appels à projets spécifiques tels qu’Interreg et les European Innovation Ecosystems, dans les Missions européennes axées sur les villes (100 villes climatiquement neutres et intelligentes) et dans la Mission Climat axée sur les régions (Adaptation au changement climatique).

Mais nous travaillons également sur plusieurs appels à projets dans le cadre d’autres programmes tels qu’Horizon Europe (clusters 1, 2, 3, 4, 5 et 6 du pilier II), LIFE (Changement climatique, Nature et biodiversité, Économie circulaire et transition énergétique propre), CEF Digital et CEF Transport, visant des investissements directs.

Quel est le profil des clients de Zabala Innovation dans ce domaine ?

Nous comptons plus d’une centaine de clients au niveau local ou régional : villes, associations de municipalités dans les régions confrontées à des défis démographiques, provinces et régions. Entre les projets européens du cadre financier pluriannuel et les projets financés par le biais des fonds Next Generation Europe, les administrations publiques qui veulent travailler avec nous afin de développer leurs stratégies et projets d’innovation sont un bon nombre.

Leurs exigences ou leurs priorités ont-elles beaucoup changé au fil du temps ?

Il y a quelques années encore, seules quelques villes et régions s’alignaient sur les appels à projets et les programmes européens. Ils n’étaient pas considérés comme prioritaires. Ces dernières années, toutefois, un grand nombre de villes ont compris que la participation aux projets européens peut être une occasion de trouver des financements et une source d’idées pour innover et mettre en œuvre de nouveaux systèmes et technologies.

Depuis la pandémie de Covid-19, ce besoin s’est accru. À mesure que les municipalités et les régions améliorent leurs services et leur qualité de vie, les autres seront obligées de leur emboîter le pas, et les projets de collaboration et d’innovation prendront de plus en plus d’ampleur. Ceux qui ne s’inscrivent pas dans cette dynamique seront condamnés à offrir de moins bons services à leurs citoyens. Il est clair que ceux qui n’innovent pas seront isolés.

———————————————————————————————–

Découvrez dans cette vidéo le travail du domaine d’expertise Régions de Zabala Innovation.