Aller aux nouvelles

SINFONIA : L’importance de la mesure de l’impact environnemental, économique et social dans l’amélioration de l’efficacité énergétique des villes

Les solutions développées à Innsbruck (Autriche) et Bolzano (Italie) peuvent être pleinement appliquées dans les 12 pays de l'Union européenne (UE), démontrant la représentativité des villes pilotes. Les études d'impact social deviendront pertinentes dans la mise en œuvre d'initiatives similaires pour faire face aux défis sociétaux actuels.

Le mot « SYMPHONIE » fait souvent référence à un « ensemble de voix, d’instruments, ou les deux, jouant des accords en harmonie les uns avec les autres, durant une période prolongée ». Cette définition est tout aussi pertinente pour décrire le projet SINFONIA, financé par la Commission européenne, qui, depuis sept ans, a développé et testé des solutions intégrées d’efficacité énergétique au niveau des régions dans le but de réduire à la fois la consommation d’énergie (50%) ainsi que les émissions de CO2.

Dans le but d’atteindre cet objectif, les 38 partenaires du projet, appartenant à 7 pays différents, ont uni leurs forces, en mettant en commun leurs connaissances et leur expérience. De ce fait, ils ont eu la capacité de proposer un modèle intégré de rénovation énergétique pouvant être appliqué aux quartiers des villes européennes de taille moyenne (les plus répandues sur le continent). Ces modèles ont été mis en œuvre et testés dans deux villes européennes : Innsbruck (Autriche) et Bolzano (Italie).

Parmi les partenaires, ZABALA a su jouer le jeu, en dirigeant l’étude de l’impact environnemental et socio-économique, ainsi que l’analyse du potentiel de reproduction des mesures et des solutions développées dans le projet. Le résultat a entrainé une étude d’application de « l’approche SINFONIA » dans les 27 pays de l’UE.

Cette analyse, développée principalement dans le livrable « Impact assessment for the remaining 20 Member States », a permis d’identifier les technologies et méthodologies dont peuvent bénéficier les autres États membres. Ceci, se faisant, en tenant compte des paramètres suivants : les conditions météorologiques, la tarification de l’énergie, les politiques et les réglementations énergétiques nationales ainsi que les profils urbains et les caractéristiques sociologiques.

En ayant recours à une « approche à distance », les similitudes entre les villes des 27 États membres européens et les deux villes pilotes ont été analysées. Cette étude a entrainé le classement des pays en trois groupes : allant de conditions très similaires à des conditions totalement différentes. Cette classification a révélé que les solutions du projet peuvent être appliquées, dans leur intégralité, dans les 12 pays de l’UE, démontrant la représentativité des villes pilotes.

Cependant, le projet a potentiel de bénéficier à tous les États membres grâce aux méthodologies et aux outils sociaux développés tels que : des outils d’aide de prise de décision et  des leçons de coordination des acteurs au niveau local et ainsi que des outils facilitant les relations avec les groupes locaux. Ces solutions, appelées  » soft measures » (mesures douces), jouent un rôle clé dans la rationalisation de la prise de décision avant la mise en œuvre des projets de rénovation énergétique. En outre, cela permet de favoriser une coordination maximale entre les agents locaux et de garantir la pleine utilisation des mesures d’efficacité énergétique par la promotion d’un des comportements responsables et la formation aux techniques d’économie d’énergie.

La reproductibilité de ces mesures permet également de tirer une conclusion pertinente sur l’évolution des aspects sociaux dans les projets énergétiques : la participation des citoyens est devenue la clé du succès de ce type d’initiative. L’engagement des communautés locales est essentiel pour afin d’atteindre les objectifs d’efficacité énergétique dans leur intégralité. L’inclusion d’une méthodologie pour mesurer l’impact social est une recommandation future pour ce type d’initiative.

La réalisation de l’Agenda 2030 et des ODD nécessite ces mesures d’efficacité énergétique. La majeure partie de la population mondiale vit dans les villes et par conséquent les défis sont encore plus importants, en prenant compte de la pandémie récente de COVID19. Dans ce contexte, la priorité consiste à relever les défis actuels dans une perspective transversale (santé, innovation et technologie, aspects sociaux, égalité). est une priorité.

En conclusion, comme pour dans un orchestre symphonique, il est nécessaire que tous les acteurs des villes travaillent au même rythme, qu’ils connaissent qu’ils apportent leur contribution au moment opportun. Une seule note désaccordée peut compromettre l’harmonie de l’ensemble. De ce fait, la collaboration maximale de tous les agents est essentielle pour afin d’atteindre les objectifs fixés et de contribuer davantage à la réalisation de nos objectifs communs en matière de climat.

Auteure : Leire Martiarena

Consultante senior en Innovation Sociale et Programmes Européens