Aller aux nouvelles

En quoi la pandémie ne renversera pas le rôle des métropoles ?

Article d’opinion d’expertise dans lequel nous analyserons l’influence des métropoles dans la crise de la COVID-19, ainsi que le rôle qu’elle joueront dans un futur post-pandémie.

Source : Huffington Post | Blog de Juan Capeáns Amenedo 

Ce sont des temps difficiles pour les métropoles. Une étude récente des Nations Unies sur l’impact de la COVID-19 dans le monde conclut que les villes sont les zones les plus touchées par la pandémie mondiale, classées comme les foyers principaux de contagion et de propagation du virus. De ce fait, il y a de plus en plus de voix qui mettent en relation la forte densité de population des grandes villes telles que Madrid ou Barcelone avec une propension majeure de la propagation du virus, des taux d’infection plus élevés, et par conséquent, de mortalité. Tout ceci ne permet que de démontrer les conséquences négatives que pourrait avoir la pandémie pour le développement futur des métropoles. C’est face à ces menaces, qu’il convient de se remémorer le rôle fondamental des métropoles en tant que moteur de développement économique et de progrès social pour l’ensemble de la société.

Et c’est pourquoi, comme conséquence des économies d’agglomération (les bénéfices qui apparaissent quand les entreprises et les individus s’attroupent dans une certaine localisation géographique), les effets positifs dérivés de cette concentration que représentent les villes ne provoquent pas seulement une réduction des coûts de production, de distribution et financiers; mais, en plus, ils constituent l’élément essentiel pour une impulsion de l’innovation.

La présence d’entreprises proposant des services spécifiques, l’existence de structures de recherche et de formation avancées (universités et centres de recherche), l’apparition de produits ayant des liens intenses inters industriels d’une localisation spéciale et spécifique, typique des grandes villes, constitut le véritable moteur de l’innovation. De cette façon, les villes, avec tous ces attributs qui la caractérisent, agissent comme réducteurs des incertitudes et du risque entrepreneurial qu’induisent les processus d’innovation. Elles sont, par ailleurs, source de créativité entrepreneuriale et de rénovation industriel étant donné qu’elles concentrent en un espace très restreint une multitude d’individus, d’idées et de préoccupations.

Trois processus sont évidents qui confirment le rôle des métropoles comme garantes de l’innovation :

Les villes sont des incubateurs naturels d’entreprises

Considérées comme des initiatives destinées à accélérer la croissance et à assurer la réussite des projets entrepreneurials, les incubateurs d’entreprises fournissent un soutien par le biais d’un large éventail de ressources et de services qui peuvent inclure la location d’espaces physiques, la capitalisation, l’accompagnement, l’introduction à la mise en réseau et d’autres services de base tels que l’internet ou le nettoyage. Grâce à un réseau consolidé de services (transports, eau, télécommunications, électricité, etc.), à proximité des principaux organes décisionnels et à un plus grand volume de population, les villes exercent naturellement le rôle d’incubateurs, assurant l’accès à des informations plus précises, à un marché plus vaste et plus sophistiqué et aux connaissances dans un certain domaine de spécialisation. En outre, grâce à la présence d’un réseau diversifié et spécialisé de services urbains, qui réduit les coûts de mise en œuvre, la ville permet de réduire la taille initiale des entreprises.

Le cycle de vie des produits

Les villes jouent également un rôle clé dans le cycle de vie des produits et dans la dynamisation industrielle. Leur propre concentration spatiale est essentielle pour la rénovation ou la modernisation de produits qui sont déjà commercialisés à un stade tardif et dont le volume des ventes est faible. Compte tenu du rôle stratégique joué dans ces processus de relance par les fonctions de conception et de design typiques des grandes villes, où les créateurs et les designers se rencontrent, leur rôle de moteur de l’innovation est renforcée.

Une autre condition qui détermine le rôle décisif des villes dans les processus d’innovation est la réduction du cycle de vie des produits. En effet, de nombreux produits ont vu leur période permanence sur le marché considérablement réduite, passant de 20 à 3-5 ans, lorsqu’ils sont remplacés par de nouvelles produits. Cette innovation de produit est développée en étroite relation avec l’innovation dans les processus de fabrication, puisque ceux-ci doivent, dans un court laps de temps, atteindre le marché dans les conditions de faibles coûts de production. Tout cela donne, une fois de plus, un avantage aux grandes zones métropolitaines, où des unités intégrées de recherche/fabrication/ingénierie de nouveaux produits peuvent être implantées dans un seul espace physique. C’est le cas, par exemple, de la revitalisation des villes frontalières mexicaines sous l’effet du phénomène des maquiladoras (usines textile) ou du lancement des grandes régions métropolitaines chinoises comme conséquences de la dynamique industrielle du pays au cours des  dernières décennies.

Les processus d’innovation au cœur des grandes villes

Si les nouveaux produits, dans la phase initiale et pionnière de leur cycle de vie (issue de l’invention, de l’industrialisation et de la commercialisation) rencontrent dans les grandes villes des écosystèmes favorables à leur lancement, et de nombreuses petites entreprises et entrepreneurs, dans laquelle les processus d’innovation sont identifiés à leur existence même, ils démontrent une préférence similaire pour la localisation. Il semble donc légitime d’assurer que la ville est le lieu privilégié des processus d’innovation.

Certains des principaux aspects attestent que les villes constituent des éléments indispensables pour le développement de processus d’innovation ainsi que du progrès de l’humanité, sont exposés ci-après :

La densité d’information pertinentes des grandes agglomérations urbaines où convergent :

  • les organismes décisionnaires publics et privés
  • les structures avancées de recherche et de formation
  • la concentration d’interaction et de synergies entres les entreprises
  • la  baisse des incertitudes et des risques pour les entreprises
  • l’existence de conditions favorables à l’offre et la demande
  • la plus grande facilité à établir des contacts directs avec les centres de recherche étrangers

attestent que les villes constituent des éléments indispensables pour le développement de processus d’innovation ainsi que du progrès de l’humanité

Ainsi, les villes, loin de représenter une menace pour la société en raison de la pandémie de coronavirus, constituent un élément fondamental pour trouver la solution à la crise actuelle : elles concentrent les processus d’innovation et de recherche nécessaires pour trouver un vaccin permettant de revenir à la normale et de prévenir de futures pandémies qui menacent notre mode de vie.

Juan Capeáns est un expert en économie et développement urbain au sein de notre département Innovation Sociale

Voir l’article du Huffington Post