Aller aux nouvelles

L’EU annonce un financement de 2 milliards d’euros pour les secteurs de l’IA et des blockchains

La Commission Européenne et le Fond Européen d’Investissement annonce un fond de 2 milliards d’€ pour investir dans les technologies fondamentales au milieu des craintes que les Etats-Unis et la Chine nourrissent en allant vers certains domaines tels que l’IA et les blockchain.

Le fond devrait investir aux alentours de 300 à 400M d’€ dans ces domaines en 2020, avec 100M d’€ venant de l’UE et de l’EIF, le reste venant de fonds de capital-risque. D’ici 2021, on prévoit déjà d’étendre à une plus grande échelle le financement de 1 à 2 milliards d’€ grâce au programme InvestEU.

C’est une tentative pour aider l’Europe à rattraper les investissements effectués aux Etats-Unis et en Chine. Cette année, l’UE a obtenu un montant record de 34 milliards de dollars en capital risque, c’est seulement la moitié du total investi dans les entreprises asiatiques et un tier des investissement américains.

Les différences sont particulièrement marquées pour l’IA : les entreprises américaines de l’IA ont reçus autour de 2/3 des investissements privés pour l’IA entre 2011 et 2018, alors que les entreprises chinoises ont reçu en moyenne 21% de la somme totale, selon les données de l’Organisation de coopération et de développement économiques. La part de l’Europe sur cette période, bien qu’en augmentation, était inférieure à 10%.

Le Brexit est susceptible d’avoir un lourd impact sur ces chiffres étant donné que les sociétés basées au Royaume-Uni représentent la majorité (55%) des investissements prévus pour l’IA. Pour les chaines d’approvisionnement, le problème qui se pose est d’autant plus grave, avec des compagnies américaines qui reçoivent 33% des investissements, les compagnies européennes 22% et les compagnies chinoises 21%.

Les fonctionnaires européens ont déclaré que 100M d’€ n’était pas suffisant, mais que c’était un bon début. Tomasz Kozlowski, chef du mandat et du développement des produits au Fond Européen d’Investissement : « 100M d’€ ce n’est pas assez mais nous prévoyons de multiplier cette somme. » L’EIF a pour objectif d’encourager les VCs, les investisseurs institutionnels ainsi que les corporations pour co-investir des startups dans le domaine de l’IA et des blockchains.

Helen Kopman, responsable adjoint de l’unité innovation numérique et des unités de blockchain chez DG Connect : « Il n’y a pas encore assez d’investissement orienté vers l’Europe contrairement aux USA et à la Chine, particulièrement dans l’IA. C’est plus uniforme dans les blockchains mais nous ne voulons pas y perdre la position avantageuse que nous avons. »

Elle ajouta : «100M d’€ peuvent paraitre comme une manne tombée du ciel, mais ce n’est pourtant pas assez, mais nous voyons cela comme bon début… C’est la première fois que l’Union Européenne essaie un tel instrument financier ciblé. »

Source : sifted.eu