Aller aux nouvelles

XFLEX HYDRO : un système de production d’énergie avec une technologie hydroélectrique innovante

Le projet XFLEX HYDRO a été annoncé par les Nations Unies à la COP25 de Madrid (Espagne).

XFLEX HYDRO est un nouveau projet majeur d’innovation énergétique visant à démontrer comment les technologies hydroélectriques intelligentes peuvent fournir un système électrique fiable, résilient et à faible émission de carbone a été lancé aujourd’hui. Le projet XFLEX HYDRO (Hydropower Extending Power System Flexibility) a reçu un financement du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’UE. Cette initiative de 18 millions d’euros a été annoncée par la Commission Européenne et un consortium de 19 partenaires lors de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP25) qui s’est tenue à Madrid, en Espagne. Ce projet montrera comment des systèmes hydroélectriques innovants et flexibles peuvent aider les pays du monde entier à atteindre leurs objectifs en matière d’énergie renouvelable.

Le projet XFLEX HYDRO (Hydropower Extending Power System Flexibility) est une initiative de quatre ans menés par des services publics de premier plan, des fabricants d’équipement, des universités, des centres de recherche et des sociétés de conseil. Il démontrera comment les centrales hydroélectriques modernes peuvent fournir les services de réseaux électriques vitaux requis par les énergies renouvelables variables comme l’énergie éolienne et solaire. Ce lancement intervient après qu’un important rapport de l’ONU sur les écarts d’émissions, qui examine les moyens de réduire les émissions mondiales de carbone, ait déclaré qu’une plus grande souplesse du système électrique était  » essentielle  » pour intégrer une plus grande part d’énergie renouvelable variable dans l’approvisionnement en électricité.

Les technologies XFLEX HYDRO qui seront testées sont des systèmes améliorés de turbines à vitesse variable et fixe, des contrôles intelligents et un hybride batterie-turbine, chacun d’entre eux faisant l’objet d’une démonstration sur des sites de centrales hydroélectriques en Europe : Z’Mutt en Suisse, Grand Maison et Vogelgrün en France, et Frades 2, Alqueva, Alto Lindoso et Caniçada au Portugal.

Le projet se terminera en 2023 par l’élaboration d’une feuille de route visant à accroître l’adoption des technologies dans l’ensemble du parc hydroélectrique, avec des recommandations sur les politiques et les marchés à l’intention des gouvernements, des organismes de réglementation et de l’industrie.

L’initiative a reçu un financement du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union européenne. Elle vise à aider l’Union européenne à atteindre l’objectif de 32 % d’énergie produite à partir de sources renouvelables d’ici 2030.

Le rapport des Nations Unies sur les écarts d’émissions, indiquant que la flexibilité du système électrique est essentielle pour intégrer une plus grande part d’énergie renouvelable variable dans l’approvisionnement en électricité, a été publié par le Programme des Nations Unies pour l’environnement le 26 novembre 2019.

La Commission européenne :

M. Patrick Child, directeur général adjoint de la direction générale de la recherche et de l’innovation de la Commission européenne, a commenté : « Combinant l’excellence et l’expertise de 19 partenaires de toute l’Europe, le projet XFLEX HYDRO permettra de tester des solutions innovantes basées sur des sources d’énergie renouvelables qui apporteront une plus grande flexibilité et durabilité au système énergétique. Le projet vise à accroître le potentiel de l’hydroélectricité en termes d’efficacité des centrales, ce qui permettra de renforcer les systèmes d’énergie électrique et de permettre aux exploitants de centrales et de systèmes d’opérer avec plus de succès sur les marchés de l’électricité. Cela peut contribuer de manière significative aux objectifs et aux politiques européennes en matière d’énergies renouvelables ».

EPFL :

Le professeur François Avellan de l’EPFL, l’institut de recherche et l’université qui dirige le projet, a déclaré :  » Dans toute l’Europe, les pays adoptent la production d’électricité à grande échelle à partir d’énergies renouvelables telles que l’énergie solaire et éolienne et délaissent les combustibles fossiles conventionnels pour la production d’électricité. La croissance des énergies renouvelables variables modifie le mode de fonctionnement des réseaux électriques, avec des impacts potentiels sur la stabilité et la sécurité de l’ensemble du réseau électrique. Cela pose des défis sans précédent au secteur de l’hydroélectricité, qui doit fournir des services souples et fiables au réseau.

 » Les technologies démontrées par le projet XFLEX HYDRO aideront l’hydroélectricité à consolider son rôle essentiel pour soutenir l’intégration des énergies renouvelables variables dans le réseau électrique. Les opérateurs hydroélectriques pourront ainsi maximiser leurs performances et accéder aux futurs marchés de l’énergie « , a-t-il ajouté.

L’Association internationale de l’hydroélectricité :

Eddie Rich, directeur général de l’Association internationale de l’hydroélectricité (IHA), qui est responsable des communications du projet XFLEX HYDRO, a déclaré :  » Nous devons décarboniser le secteur de l’électricité, et rapidement, si nous voulons limiter les effets dévastateurs du changement climatique. Le rapport des Nations Unies sur l’écart des émissions du mois dernier nous rappelle brutalement que nous avons besoin de l’hydroélectricité pour stimuler la contribution des énergies renouvelables variables comme l’éolien et le solaire. L’initiative XFLEX HYDRO représente un engagement clair de la Commission européenne, des principales organisations du secteur hydroélectrique et du monde universitaire à investir dans des technologies hydroélectriques nouvelles et innovantes ».

Les partenaires du projet :

Le consortium est bien formé et le partenaire principal est l’EPFL – Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), basée à Lausanne, en Suisse. Et les autres sont Alpiq – un fournisseur suisse de services énergétiques et un producteur d’électricité de premier plan en Europe. Andritz AT – un fournisseur mondial de systèmes électromécaniques et de services pour les centrales hydroélectriques. Andritz CH – une filiale suisse d’ANDRITZ HYDRO GmbH en Suisse. ARMINES – une organisation privée à but non lucratif de recherche et de technologie qui exerce des activités contractuelles de recherche et de formation à la recherche académique. CEA – Le CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives) est un organisme public français et le plus grand fournisseur de recherche et développement technologique du pays. EDF – Le groupe EDF est le premier groupe électrique mondial, particulièrement bien implanté en Europe. EDP CNET – EDP Centre for New Energy Technologies (EDP CNET) est une filiale du groupe EDP qui a pour mission de créer de la valeur par le biais d’une R&D collaborative dans le secteur de l’énergie. EDP P – EDP Gestão da Produção da Energia, S.A. GE HYDRO – GE Renewable Energy regroupe l’un des plus vastes portefeuilles de produits énergétiques et de services numériques dans le secteur des énergies renouvelables. HES SO – la plus grande haute école spécialisée de Suisse et la deuxième plus grande institution d’enseignement supérieur du pays. IHA – L’Association internationale de l’hydroélectricité (IHA) est une organisation à but non lucratif qui s’engage à faire progresser l’hydroélectricité durable en développant et en partageant les connaissances sur son rôle dans les systèmes d’énergie renouvelable, la gestion responsable de l’eau douce et les solutions au changement climatique. INESC TEC – une institution privée à but non lucratif ayant comme associés l’Université de Porto, l’INESC et l’Institut Polytechnique de Porto. PVE – Power Vision Engineering est une société spin-off de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, qui fournit des solutions logicielles et de l’expertise dans le domaine du comportement transitoire et dynamique des centrales hydroélectriques. SuperGrid Institute – un centre de recherche et d’innovation indépendant qui travaille à faciliter l’intégration à grande échelle des ressources renouvelables dans le réseau électrique. UPC – Universitat Politècnica de Catalunya est une institution publique dédiée à l’enseignement supérieur et à la recherche, spécialisée dans les domaines de l’architecture, de l’ingénierie et de la technologie. USTUTT – L’Université de Stuttgart. Voith Hydro – Le groupe Voith est une entreprise technologique d’envergure mondiale. Et ZABALA Innovation Consulting.