Voir les avis d'experts

Culture

La culture comme outil transversal

Leire Martiarena

Consultante senior en projet de R&D, experte en Social

La culture est l’un des termes les plus compliqués à cerner (il compte plus de 164 définitions rien qu’en anglais). D’où le problème : laquelle de ces définitions utiliser ? En nous penchant sur son origine étymologique, nous ne trouverons pas plus de clarté, puisque le mot culture vient du verbe latin colere, qui a plusieurs significations, comme cultiver ou habiter.

Pareillement, en cherchant une réponse dans l’Histoire, nous ne trouverons pas non plus d’univocité, car la culture a été utilisée pour désigner différents concepts au fil des siècles, qu’il s’agisse des cultures agricoles à la fin du Moyen Âge, du processus de formation des artistes, des philosophes et de l’élite en général pendant la Renaissance, ou encore comme synonyme de civilisation ou de processus de raisonnement au siècle des Lumières.

Nous adopterons, alors, un mélange des définitions actuelles (de l’UNESCO et de la Commission européenne, entre autres), soulignant que la culture est « l’ensemble des modes de vie, des coutumes, des connaissances et des développements artistiques, scientifiques, industriels et économiques appartenant à un groupe de personnes ».

La culture possède, donc, le potentiel pour promouvoir l’innovation et la transformation technologique, économique et sociale dans divers domaines. C’est ce pouvoir de changement qui a été mis en évidence ces dernières années et qui doit être renforcé par diverses initiatives, dont les programmes de financement européens.

Un nouvel agenda européen de la culture

L’intégration de la culture et son rôle croissant en tant que colonne vertébrale et élément de cohésion de la société se reflètent dans le nouvel agenda que la Commission européenne lui a consacré 2018. Celui-ci vise à « exploiter pleinement le potentiel de la culture pour contribuer à la construction d’une Union européenne plus inclusive et plus juste, en soutenant l’innovation, la créativité, la croissance et les emplois durables ».

Les trois axes d’action suivants seront promus à la fois par la Commission européenne et les États membres, qui sont compétents en matière de politiques culturelles.

  • Dimension sociale : utiliser le potentiel de la culture et de la diversité culturelle pour le bien-être et la cohésion sociale.
  • Dimension économique : soutenir la créativité fondée sur la culture dans les domaines de l’éducation et de l’innovation, ainsi que pour l’emploi et la croissance.
  • Dimension externe : renforcement des relations culturelles internationales.

Europe créative : le programme phare

Si nous nous focalisons davantage sur la sphère économique, le principal soutien aux industries culturelles et créatives au niveau européen s’articule autour du programme Europe Créative, disposant d’un budget total de 2,44 milliards d’euros pour la période 2021-2027, soit une augmentation de 65 % par rapport à la période précédente (2014-2020).

Deux facteurs expliquent cette croissance : d’une part, l’engagement des autorités à renforcer le rôle de cohésion et de développement des industries culturelles et créatives dans la société européenne et, d’autre part, le soutien à ces secteurs, qui ont été particulièrement touchés par les conséquences de la pandémie de Covid-19.

Le programme est divisé en trois sous-programmes.

  • Culture. Il est axé sur le développement, la mobilité, la compétitivité et la coopération entre les secteurs culturels de la peinture, les arts plastiques, les arts du spectacle, la musique et la littérature.
  • Media. Il est dédié à l’industrie audiovisuelle, promeut la production et la distribution d’œuvres cinématographiques et télévisuelles, et soutient l’industrie des jeux vidéo.
  • Volet transversal. Il promeut des actions transversales de collaboration politique pour le renforcement du secteur culturel, la promotion de l’innovation dans le secteur et le renforcement et la modernisation des médias.

Ce programme, qui publie plus de 20 appels à projets par an, met l’accent sur les créateurs et les professionnels du secteur. Un signe clair de l’engagement de la Commission européenne à revitaliser le secteur est l’augmentation du budget pour cette année, dont le montant s’élève à 385,6 millions d’euros, soit près de 100 millions de plus qu’en 2021.

Le Nouveau Bauhaus européen

Cependant, la culture, ou les industries culturelles et créatives, ont transcendé leur champ d’action habituel et montrent leur caractère transversal et leur présence dans le développement d’autres domaines.

Dans ce contexte, le Nouveau Bauhaus européen, annoncé en septembre 2020, cherche à créer un pont et un espace de collaboration entre la technologie, l’art et la culture. Cette initiative, promue directement par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, a pour principal objectif de rapprocher le Pacte vert pour l’Europe des citoyens, créant un avenir « durable, inclusif et beau ». Ces trois dimensions constituent la base du Nouveau Bauhaus européen, qui promeut le travail multidisciplinaire, encourageant la participation des artistes et des professionnels de la création aux processus de transformation territoriale.

Cette initiative, qui a achevé sa phase de co-création en septembre 2021, implique la multidisciplinarité en tant que méthode de travail et affecte un grand nombre de programmes de financement européens, y compris les appels à projets dédiés à son développement dans Horizon Europe, LIFE ou Europe Creative lui-même.

En outre, le Nouveau Bauhaus européen organise ses propres prix afin de mettre en valeur les projets locaux servant d’exemple de la matérialisation de la triade durabilité-esthétique-inclusion, et offre des opportunités de collaboration entre différents acteurs par le biais de sa plateforme.

Les industries culturelles promeuvent l’innovation

Revenant à l’objectif principal de cet article, nous souhaitons souligner le potentiel de l’art et de la culture, en tant que discipline transversale, dans les projets d’innovation technologique et éducative.

Le programme Horizon Europe, principale source de financement de la recherche et de l’innovation, exige l’intégration effective des sciences humaines et sociales dans les projets de tous les secteurs : de la santé à l’énergie, en passant par la numérisation, la fabrication et les transports.

La collaboration efficace entre les disciplines, qui devient de plus en plus importante, vise à générer de nouveaux processus de pensée, de travail et de recherche. La contribution des industries culturelles et créatives à ce processus de transformation est particulièrement remarquable : l’application de modèles de développement et de conception créatifs permet de favoriser l’innovation dès les premières étapes. Des projets tels que FEAT (Future and Emerging Art and Technology) montrent que la combinaison de la science et de l’art conduit à des meilleurs résultats, plus innovants et plus pertinents pour l’utilisateur final.

En outre, l’art et la culture font directement appel aux émotions, ce qui en fait un excellent outil pour une communication efficace afin d’augmenter l’engagement des utilisateurs finaux et des parties prenantes. Le facteur émotionnel est particulièrement important dans le domaine de l’éducation, étant conseillée et efficace l’inclusion de techniques créatives dans les projets du programme ERASMUS+, qui promeut l’innovation dans ce secteur.

Tout cela démontre que la culture et l’art sont des outils applicables à tous les domaines du développement. Et non, nous ne disons rien de nouveau : pour le comprendre, il suffit de se reporter aux figures de la Renaissance, qui ont cultivé à la fois le savoir scientifique et humaniste. Heureusement, nous n’avons pas besoin d’atteindre le génie d’un Léonard de Vinci, car la collaboration entre professionnels de différentes disciplines nous permet de combiner des connaissances diverses qui enrichissent les processus et offrent de meilleures solutions à la société.

Personne experte

Leire Martiarena
Leire Martiarena

Siège de Bilbao

Consultante senior en projet de R&D, experte en Social