Aller aux nouvelles

Agenda commun des institutions européennes pour 2021 : la relance européenne après le COVID-19

Le Parlement, le Conseil et la Commission européenne signent une déclaration commune de priorités pour les quatre prochaines années.

Le 17 décembre, la Commission, le Parlement et le Conseil européen ont signé une déclaration commune sur les priorités législatives pour 2021, avec des propositions visant à stimuler la reprise de l’UE après la pandémie de la COVID-19.

La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, le président du Parlement européen, David Sassoli, et la chancelière Angela Merkel, au nom de la présidence du Conseil, ont également signé les premières conclusions communes sur les objectifs et les priorités politiques pour 2020-2024. Ils y ont convenu la présentation d’un programme politique et législatif pour la relance de l’activité économique jusqu’en 2024.

Selon Ursula von der Leyen : « L’Europe a besoin d’une reprise durable qui profite à tous et améliore notre capacité à répondre aux crises sanitaires. Le moment est venu de passer à la mise en œuvre ».

Les priorités législatives pour 2021

La déclaration commune sur les priorités législatives pour 2021 est basée sur le programme de travail de la Commission pour l’année à venir. Les trois institutions donneront la priorité aux initiatives suivantes dans le but d’en achever le plus grand nombre d’ici la fin de 2021 :

  1. Mettre en place le pacte vert européen, en veillant à ce que la transition climatique soit équitable et que personne ne soit laissé pour compte, permettant ainsi à l’UE d’atteindre la neutralité climatique d’ici 2050 et d’assurer la progression vers cet objectif d’ici 2030.
  2. Façonner la décennie numérique de l’Europe, en créant un marché unique des services numériques qui fonctionne dans les limites du respect de la vie privée. En devenant un chef de file mondial dans le développement de systèmes sûrs d’intelligence artificielle et un acteur majeur de l’économie des données.
  3. Mettre en place une économie au service des citoyens, consolider le marché unique et renforcer les industries. Dans le même temps, l’Union économique et monétaire (UEM) sera approfondie. La résilience et la durabilité des banques et des marchés de capitaux européens seront renforcées.
  4. Affirmer le rôle de l’Europe sur la scène internationale, en renforçant leadership mondial responsable.  En défendant le multilatéralisme et un ordre mondial fondé sur des règles, en permettant à l’UE de jouer un rôle plus actif, en proposant un programme solide en faveur d’un commerce libre et équitable.
  5. Promouvoir une Europe libre et sûre, en œuvrant à un nouvel accord sur l’asile et la migration, et en assurant un contrôle efficace de nos frontières extérieures. L’UE protégera la liberté de circulation en renforçant l’espace Schengen et en améliorant la réponse de l’Europe aux crises sanitaires. L’UE agira de manière décisive pour empêcher la diffusion de contenus terroristes et les abus sexuels pédophiles en ligne.
  6. Renforcer la démocratie et défendre les valeurs européennes communes, en renforçant de nouveaux la capacité de l’UE à défendre et protéger l’état de droit, les droits et libertés fondamentales, ainsi qu’en consolidant les fondements démocratiques de l’Europe.

Contexte

Chaque année depuis 2016, le Parlement européen, le Conseil et la Commission échangent et s’accordent sur les priorités législatives de l’UE pour l’année suivante, qui sont énoncées dans une déclaration commune annuelle. Cette année, en outre, les toutes premières conclusions communes pour 2020-2024 définissent les objectifs et les priorités politiques des trois institutions de l’Union pour les quatre années à venir.

Source