Aller aux nouvelles

Avons-nous vraiment besoin d’une direction dans le domaine de l’innovation ?

Comme tous les mois, Guillermo Dorronsoro, nous fait part de ses réflexions sur l’innovation. C’est le tour de la Direction de l’innovation au sein des entreprises, car elle est de plus en plus importante et devient incontournable au sein de toute organisation.

La direction de l’innovation est un poste relativement récent, si on le compare avec d’autres branches de la gestion d’entreprise. Ce n’est que ces dernières années qu’il est devenu important pour les entreprises d’évoluer dans l’échelle organisationnelle et d’atteindre le sommet de la hiérarchie.

Le terme ‘Chief Innovation Officer’ (CINO) a été inventé et décrit pour la première fois dans le livre ‘Fourth Generation R&D’ de 1998. Il a fallu plus de 10 ans, jusqu’à l’année 2009, pour que Forbes reprenne l’article ’You need a Chief Innovation Officer’.

Une décennie plus tard, il devient relativement courant de trouver, en particulier dans les entreprises d’une certaine taille, un poste portant ce nom, bien que leurs fonctions puissent être très différentes dans certains cas (au fait, Forbes vient de publier un nouvel article ‘Hiring a Chief Innovation Officer is a Bad Idea’, mais uniquement pour souligner que l’innovation est plus nécessaire et importante que jamais…).

Quel est le rôle du Directeur de l’innovation?

Dans certains cas, ils assument la responsabilité exécutive de projets de développement de nouveaux produits et services, couvrant la gestion de l’écosystème innovant, les ressources dédiées à la R&D, les investissements dans les nouvelles technologies, la gestion de la propriété intellectuelle, etc.

Dans d’autres cas, le poste est conçu comme une responsabilité transversale, dotée de ressources directes minimales, mais en charge des différentes divisions de l’entreprise fournissant des ressources aux projets d’innovation qui constituent le portefeuille d’innovation de l’entreprise. Il s’agit d’un poste avec un profil de facilitateur, plutôt que de cadre.

Ils peuvent également être plus ou moins liés à la gestion des personnes, à l’intégration des talents et au développement des carrières professionnelles, à la conception de plans de formation et à l’instauration d’une culture de l’innovation. Il n’est pas rare non plus d’associer cette fonction au portefeuille d’investissements de l’entreprise dans les start-ups (« écosystème de l’entrepreneuriat »), avec une composante financière considérable. Si vous souhaitez approfondir ces questions, vous serez peut-être intéressé par l’article de Harvard Business intitulé « What Kind of Chief Innovation Officer Does Your Company Need ?’

Parallèlement au développement de cette fonction, des services de conseil apparaissent sur le marché pour soutenir cette ‘direction de l’innovation’. La variété et la dispersion qui caractérisent la configuration de ce type de postes, sont encore amplifiées lorsque nous analysons l’offre de ces ‘cabinets de conseil spécialisés en innovation’.

Il y a encore un processus de décantation à venir, afin d’établir la carrière dans la gestion de l’innovation et de séparer les consultants opportunistes de ceux qui sont dans ces domaines depuis des années (il est surprenant de voir comment les experts en financement des programmes européens ont prospéré cet automne, n’est-ce pas ?).

Dans ce contexte, je trouve très intéressante l’initiative de la COTEC visant à promouvoir un processus de référence en matière de certification de professionnels en Espagne, à laquelle nous nous associons avec enthousiasme.

La vaste expérience de Zabala Innovation Consulting

Chez Zabala, nous essayons également d’ajouter à cette consolidation, avec une série de webinaires gratuits spécialisés dans la stratégie d’innovation, l’achat public de l’innovation, le financement de projet, etc., ainsi qu’avec des outils avancés de gestion des écosystèmes d’innovation tels que Kaila.