Aller aux nouvelles

Recherche et développement

L’innovation, une richesse européenne à valoriser

Innovation

Seuls sept États membres de l’UE consacrent à la R&D une partie du PIB supérieure à la moyenne. Le fossé entre le Nord et le Sud persiste

En 2020, seuls sept des 27 États membres de l’UE ont dépensé en recherche et développement une partie de leur PIB supérieure à la moyenne. Avec 3,5 % de sa richesse investie en R&D, la Suède se place en tête de liste des vertueux. Elle est suivie par la Belgique, avec 3,48 %, l’Autriche (3,2 %), l’Allemagne (3,14 %), le Danemark (3,03 %), la Finlande (2,94 %) et la France (2,35 %). Dans l’ensemble de l’UE, cette proportion s’élève à 2,32 %, selon des données provisoires d’Eurostat.

En valeur absolue, les dépenses en R&D du club des 27 se sont contractées l’an dernier de 0,38 %, passant des 311,894 milliards d’euros en 2019 à 310,711 milliards d’euros en 2020. Cet investissement a profité majoritairement aux affaires, puisque plus d’un sixième de ceci a été réalisé dans les entreprises, contre environ 22 % dans l’enseignement supérieur, 12 % dans l’administration publique et 1 % dans les ONG. Concernant l’origine des dépenses en R&D dans l’UE en 2019 (dernière données complètes d’Eurostat disponibles), 59 % provenaient du secteur privé, 29 % de l’administration publique et le 12 % restant de l’enseignement supérieur et des organisations à but non lucratif.

Le pays qui a alloué l’an dernier le plus de ressources de son budget d’État à la recherche est l’Allemagne, avec 2,16 %. Par ailleurs, dans son ensemble, les 27 ont dépensé en R&D 694 euros par habitant, le leader de cet indicateur étant le Danemark, avec 1 621 euros.

Plusieurs indicateurs font ressortir la fracture entre le pays du Nord et ceux du Sud de l’Europe.

La France se classe parmi les premiers

Parmi les États membres de l’UE dont les dépenses de R&D par rapport au PIB dépassent la moyenne européenne (2,32 %), la France est le pays qui affiche la proportion la plus faible : 2,35 %. Cependant, l’an dernier la France a augmenté ses investissements en R&D de 1,5 % et a consacré 1,11 % de son budget d’État à ce chapitre, un niveau comparable à celui de l’Espagne ou de l’Italie.

L’Allemagne, puissance en innovation

L’Allemagne est l’un des pays ayant les meilleurs indicateurs de dépenses en R&D. Ce n’est pas seulement le pays de l’UE qui consacre la plus grande partie de son budget d’État à ce chapitre, mais c’est également le quatrième État membre en termes de proportion du PIB investie en R&D (3,14 %) et le cinquième si on considère la dépense par habitant (1 270 euros). En revanche, le montant destiné par l’Allemagne à la R&D en 2020 a diminué de 4,03 % par rapport à 2019, la baisse la plus prononcée du club des 27.

En Espagne il reste beaucoup à faire

Même si la partie de son PIB allouée à la R&D est passée de 1,25 % en 2019 à 1,41 % en 2020, l’Espagne occupe à peine la 16e place parmi les pays de la UE.

« La hausse de cet indicateur en Espagne pourrait être une bonne nouvelle, si ce n’était du fait qu’elle est largement due à la baisse du dénominateur, c’est-à-dire du PIB, et pas tant à la hausse du numérateur (les dépenses en R&D), qui, lui, n’a progressé que de 1,3 % par rapport à 2019 et est de 15 768 millions d’euros en 2020, contre 15 572 millions d’euros en 2019 », souligne Guillermo Dorronsoro, économiste expert en management de l’innovation et membre du comité exécutif de Zabala.

Par ailleurs, l’Espagne destine 1,6 % de son budget d’État à la R&D, un point moins que l’Allemagne, et investie dans ce domaine 332 euros par habitant, à peine 21 euros de plus que le Portugal, 82 euros moins que l’Italie et 473 euros moins que la France.

Le Portugal, moins de 1 % du budget de l’État

Parmi les pays voisins immédiats de l’Espagne, le Portugal est celui qui a le plus augmenté ses dépenses dans cette rubrique, une hausse de 7,05 %, précédé seulement par Chypre (7,76 %), la Slovaquie (8,03 %) et la Lituanie (17,69 %). De même, avec 1,6 % de sa richesse consacrée à la recherche et au développement, le Portugal se situe bien en deçà de l’Allemagne et de la France, mais légèrement au-dessus de l’Italie (1,53 %) et de l’Espagne (1,41 %).

Ces données sont néanmoins moins bonnes si l’on considère les dépenses par habitant, puisque, pour chaque Portugais, seuls 311 euros sont dédiés à la R&D, derrière l’Espagne (332 euros) et l’Italie (419 euros), et très loin de la France (805 euros) et de l’Allemagne (1 270 euros). Avec 0,75 % de son budget d’État destiné à financer ce chapitre, le Portugal est également l’un des huit États membres de l’UE qui investissent dans la R&D moins de 1 % du montant total de sa loi de finances.

L’Italie, troisième en valeur absolue

Avec 25 364 millions d’euros investis en 2020, l’Italie se classe troisième en termes de dépenses de R&D en valeur absolue, seulement devancée par la France (54 231 millions d’euros) et l’Allemagne (105 596 millions d’euros), toujours selon les données provisoires d’Eurostat. Cependant, l’année dernière, ce montant représentait 3,41 % de moins qu’en 2019.

La part du PIB investie dans la R&D s’élève à 1,53 %, ce qui place l’Italie à la 14e place parmi les 27 États membres de l’UE. La part du budget d’État que ce pays consacre à la recherche, 1,1 %, est très similaire à celle de l’Espagne et de la France. En termes de dépenses de R&D par habitant, l’Italie, avec 419 euros, se situe très loin de la France (805 euros), mais proche de l’Espagne (332 euros).