Aller aux nouvelles

R&D

Les entreprises de l’UE diminuent leur investissement en R&D pour la première fois depuis 10 ans

Investissement

En 2020, traîné à la baisse par la pandemie de Covid-19, cet indicateur est descendu de 2,2 % globalement, bien qu’il ait augmenté dans les secteurs de la santé et de services TIC

En 2020, une année lourdement marquée par la pandémie et un environnement économique général très compliqué, les entreprises établies dans l’UE ont réduit leurs investissements totaux en R&D de 2,2 %. Le responsable de cette baisse, la première depuis 10 ans, est le recul de la R&D dans les secteurs automobile, aérospatial et de la défense, selon la dix-huitième édition du tableau de bord de l’UE sur les investissements en R&D industrielle, parue la semaine dernière.

Néanmoins, ces entreprises ont augmenté leurs investissements en R&D dans les secteurs de la santé (10,3 %) et des services TIC (7,2 %), bien qu’à un rythme moins soutenu que les entreprises américaines et chinoises. Aux États-Unis et en Chine, pendant la crise du coronavirus, les entreprises ont accru leurs investissements totaux en R&D de 9,1 % et 18,1 %, respectivement. Cette augmentation a été spécialement importante dans les secteurs de la santé (États-Unis : 17,9 % ; Chine : 30,7 %), les services TIC (12,4 % et 21,2 %) et les producteurs de TIC (7,8 % et 11,5 %).

Bien que la crise sanitaire ait stimulé la croissance rapide des secteurs des services TIC et de la santé au niveau mondial, elle a touché durement les industries traditionnelles, telles que l’automobile (-4,3 %) et le secteur aérospatial et de la défense (-17 %). Le secteur automobile étant le secteur d’investissement le plus important en R&D pour les entreprises de l’UE, il a joué un rôle primordial dans le déclin global des dépenses en innovation. Cela étant, 14 entreprises de l’UE figurent parmi les 50 meilleures dans le classement mondial des 2 500 plus grands investisseurs en R&D.

Une numérisation croissante

À l’échelle mondiale, l’investissement industriel en R&D s’est révélé résilient face à la crise du coronavirus. En 2020, il a continué de croître, de 6 %, pour la onzième année consécutive. Cette même année a été marquée, en revanche, par des réductions importantes des dépenses d’investissement, des ventes nettes et des bénéfices d’exploitation.

L’importance des secteurs des TIC, de la santé et de l’automobile dans la compétitivité mondiale en innovation est illustrée par le fait que la R&D agrégée de ces trois secteurs a plus que doublé depuis 2010, et les services TIC ont plus particulièrement triplé. En ce qui concerne le classement des niveaux d’investissement des entreprises, le secteur des TIC occupe toujours la première place du tableau de bord, ce qui illustre la numérisation croissante de l’économie mondiale. Pour 2020, les cinq premières places reviennent à des entreprises du secteur numérique.

Investissement en R&D de plus de 800 000 filiales

L’édition 2021 du tableau de bord reprend les 2 500 entreprises qui ont investi les montants les plus importants dans la R&D à travers le monde en 2020. Les données, tirées des derniers comptes publiés par les entreprises concernées, incluent des indicateurs clés sur les sociétés mères et leurs plus de 800 000 filiales qui permettent d’analyser la performance économique et en matière d’innovation des entreprises. Celles-ci, établies dans 39 pays, ont chacune investi au moins 36,5 millions d’euros dans la R&D pour un montant total de 908,9 milliards d’euros.

L’investissement total en R&D qui figure dans cette édition du tableau de bord est équivalent à environ 90 % de la R&D mondiale financée par des entreprises. L’échantillon est composé de 401 entreprises établies dans l’UE, qui représentent 20,3 % de la R&D totale dans l’échantillon, 779 entreprises américaines (37,8 %), 597 entreprises chinoises (15,5 %), 293 entreprises japonaises (12,2 %) et 430 entreprises dans le reste du monde (14,2 %).